Accueil Livres Biographie Actualités International Presse
  • Vos impressions m'écrire Liens
 Communication > vos impressions > La caravane de Venise   |   Au-delà de la grande muraille   |   Le tigre des mers
 
   
 

Bonjour, Nous nous sommes rencontrés à Niort à la librairie Double Page. Vous m'aviez
invité a ce voyage, je l'ai accepté.
Aussi c'est dans le train qui m'a ramené sur Paris que j'ai commencé votre
Roman. Tout d'abord Merci de ce plaisir et de l'évasion que vous m'offrez. Je
n'ai pas encore terminé... mais cela ne saurait tarder. Et j'avoue que votre
invitation à ce voyage m'a permis de m'évader et d'oublier que j'étais en
T.G.V., quel anachronisme ! Mais tout voyage offre sa part de rêves et de
légendes. Je voulais vous féliciter pour votre enthousiasme et aussi tenez
moi au courant d'autres romans que vous écrirez. Merci encore et j'avoue que
c'était un plaisir d'avoir pu échanger quelques brides d'idées. Quand vous
serez sur Paris faites moi signe. J'aimerai continuer plus longuement notre
entretien sur les voyages et aussi sur certaines découvertes que vous avez
faites. Je pense que vous êtes une passionnée.
A bientôt amicalement ... Je vais continuer à lire et par cela à voyager...
Louis — Paris

   

Chère Muriel,

C'est donc l'avant-dernier week end, celui des 19 et 20 mai, que je suis reparti avec votre livre.
Avec sa dédicace, dont je vous remercie; et dont la lecture m'a révélé le sens caché.
Je l'ai lu la semaine dernière.
Avec un bonheur que je n'avais pas connu depuis longtemps. Celui d'être captivé. De n'éteindre qu'à 2 heures du matin, impatient de savoir comment "ils" allaient s'en sortir. Car vous avez l'art de la mise en scène. D'une certain façon, et ce n'est pas une critique, il est agencé en séquences dont l'issue est à chaque fois incertaine, comme si déjà vous pensiez à sa mise en images; gros budget !!
Mais pour ce mot qui est prise de contact, si vous le voulez bien, je m'en tiendrai à l'histoire tant qu'il ne s'est pas vérifié que l'adresse est bonne, et que ce mail vous est parvenu, Internet est plutôt facétieux.
Quelle érudition! Quand j'ai appris l'existence d'un Marco Polo, j'ai été surpris. Et objecté: on a tout dit sur Marco Polo !Aussi quand j'ai lu sur la couverture: "roman", j'ai été intrigué. Un roman? Voyons cela.
J'ai été comblé! En fait la route de Marco est l'occasion de faire revivre un monde et vous l'avez fait de façon magistrale.
Venise, le Moyen-orient, la Route de la Soie.. A chaque fois vous avez donné une étonnante vie à ces cultures disparues.
Je ne connais pas Venise, mais en sais assez pour admirer comment vous avez avez fait vivre la République Marchande et son aristocratie; à travers le personnage ambigu de Donatella, et la description des canaux, de la lumière, j'ai pensé à Turner.
Le Moyen-Orient m'est moins familier. Les échelles du Levant, j'ai du lire un livre de Grousset à ce sujet, l'Empire du Levant, je crois. Familier aussi de l'Institut du Monde Arabe, les expositions notamment celle du Liban, m'ont aidé à vous suivre et à admirer la façon dont vous avez rendu ce grouillement, ce carrefour de civilisations. Plus à l'Est, il n'était hélas pas nécessaire de connaître les civilisations anciennes; il n'en restait que les débris laissé par les Mongols. Et cela aussi, à travers les dangers encourus par la petite équipe, vous m'avez illustré avec une saveur palpable la sauvagerie de ces Mongols. Un autre Grousset: l'Empire des Steppes , ou un Gengis Khan, je ne sais plus.Mais aussi les deux livres de Yasushi INOUE, le Loup Bleu, et Lu-Lan.Vivre cela comment vous m'avez donné de le faire à travers les angoisses de la caravane vénitienne, cette rage de détruire, tuer, saccager ce lacis de ruisseaux et de diguettes enserrant des jardins riants.
Je suis plus familier de la Route de la Soie. J'avais aimé l'exposition SERINDE, expression un peu prétentieuse, en 1995 au Grand palais. Déjà la sculpture Gandhara me fascinait. Mais après j'ai lu beaucoup, les récites de Paul Pelliot, les grottes de Dunhuang, la route du nord, celle du sud, et le redoutable Takla-Makan, qui m'envoûte. Aussi quand j'ai vu la caravane, ou ce qui en restait, rejoindre Pékin par le nord et le désert de Gobi,
j'ai pensé: les malheureux! alors que la route vers Xi-an (ou Chang An) et si facile, en suivant ensuite la vallée de la Wei, dont je n'oublierai jamais les bouddhas qui selon Grousset ont le même sourire de l'Ange de Reims, contemporain.
Mais il le fallait pour rajouter la cruauté, la souffrance de cette traversée comme si ça n'avait pas suffi.
On ferme le livre, étourdi, haletant, secrètement ému par son érotisme latent. J'ai bien reconnu mes marques.
Si je ne vous lasse pas, je vous écrirai encore deux commentaires: les personnages, la façon dont vous faites grandir, émerger Marco à mesure que Niccolo rapetisse, et que dire de Noor-Zade... Mais pas tout de suite, après avoir lu d'un trait j'ai besoin de déguster.
Merci pour ce beau livre.
Très amicalement
Michel - Saumur

   
  Merci pour le plaisir que vous m'avez donné à lire votre
livre; Il m'a fait doublement voyager pendant mes vacances.
J'attends la suite avec impatience!...
Merci encore.

Thérèse - Toulouse
   
  Chère Muriel,
J'ai terminé, il y a deux jours, votre Marco Polo et je voulais vous dire - sans
délai - le bien que j'en pense. Bien sûr ce que nous écrivons ne s'inscrit
pas tout à fait dans le même registre et j'avoue ne pas souvent lire ce que
l'on appelle, de façon souvent restrictive, des "romans historiques" (Les
grands Dumas et Gautier faisaient-ils autre chose que du "roman
historique"?). Quelques feuilletages distraits m'ont consterné ces dernières
années : absence de style, manque de consistance, approximations, cuculeries
erotico-échevelées etc. Je dois donc vous dire le réel plaisir que j'ai eu,
dans votre "Marco", à découvrir une vraie patte, une langue pleine de
recherches (et d'heureuses trouvailles...) qui, susceptible d'être lue par
le plus grand nombre, fait passer un évident bonheur d'écrire et une
véritable exigence. Votre bouquin est bien construit, intelligemment mené et,
in fine, très agréable à lire. Je le conseillerai d'ailleurs très bientôt à
une personne amie qui s'en délectera, j'en suis sûr.
Quel accueil a été réservé au bouquin? Es-tu satisfaite de la mise en place?
Il semble être dans toutes les bonnes librairies…
Il mérite, en tout cas, un sort très favorable.

Patrick Tudoret, romancier - Paris
   
 

Me voilà en Mongolie… grâce à vous ! J'espère que cette carte vous parviendra à travers les steppes. Absolument magnifique et poignant ! Je retrouve votre livre en "live".
Merci.

Hélène - Paris