Accueil Biographie de Marco Polo Biographie Actualités International Presse Communication
MARCO POLO  • La caravane de Venise  • Au-delà de la grande muraille  •Le tigre des mers
  Bibliographie • En savoir plus Les cartes
 Livres > en savoir plus >  
 
Biographie de Marco Polo
  Biographie de Marco Polo et illustrations : pour plus d'informations et visualiser les illustrations en grande taille, cliquer sur les vignettes. Cette rubrique va s'enrichir et se diversifier.
Le Livre des Merveilles : écrit en 1298, trois ans après le retour de Marco Polo, il fut rédigé en ancien français. Le manuscrit original est perdu. Il nous reste des copies manuscrites, dont la plus connue est celle commandée par le duc de Valois, frère du roi de France. Ce manuscrit est conservé à la BNF.
   
Devant le Grand Khan. Niccolo et Matteo Polo, père et oncle de Marco Polo, ont effectué les premiers le voyage jusqu'en Chine.
   
"C’est l’heure où les premiers bateaux à coque ronde commencent à décharger. En s’avançant vers le quai, le jeune homme suit les manœuvres d’un convoi qui s’apprête à mouiller. Les marins s’activent pour ancrer le navire. Les rameurs dressent leurs longues pales de bois vers le ciel. Le bateau est escorté de galères armées à fond plat, rapides en cas d’attaque de pirates, réservées aux nefs riches et précieuses."
   
"Puis, les archers arment leurs arcs et arbalètes, les hommes chargent les catapultes prêts à couvrir le débarquement des bataillons."
   

Les premières "aiguilles" de boussole avaient une forme de cuillère. Les boussoles chinoises indiquaient le Sud et étaient utilisées pour s'orienter sur terre. Plus tard, elles furent adoptées par les marins.

   
"Si trop de nuages l’empêchent de distinguer ces précieux repères, une boussole chinoise lui indique le Sud et suffit largement à lui tracer la route."

 

   

Un canon en fonte.

   

"Les canons envoient des bombes incendiaires qui brûlent tout à une demi-portée d’arc."

 

   

"Les plus jeunes préparent les bombes explosives, les blocs de pierre et de métal fondu, les boulets empoisonnés et ceux prêts à être enflammés qui serviront de projectiles."

   

"Tout le long de la route qui conduit à la Cité impériale, on fait brûler une poudre qui a la particularité d’exploser dans les airs en de magnifiques figures."

   
"Sur les jonques chinoises, la défense s’organise. Des flèches incendiaires illuminent les ponts, prêtes à s’élancer dans les airs."
   

"Il dénoue le lacet et l’ouvre sur des feuilles d’écorce de mûrier, fines et blanches, pliées en deux. Marco commence à les défroisser du plat de la main, tout en calculant. Depuis trois années qu’il est arrivé en Chine, il s’accoutume à peine à distinguer les dix-huit billets différents qui constituent la monnaie du Grand Khan. Ils sont si légers et faciles à transporter que celui qui vaut dix besants d’or n’en pèse pas un."

   

Le Sutra du Diamant : premier livre imprimé au monde.

 

   

Le Sutra du Diamant : détail.

 

   

"La foule se presse sur le pont. La brise soufflant dans les branchages au bord du fleuve ne suffit pas à apaiser les esprits. On crie, on dispute, on joue des coudes. Marchands transportant leur étal d’une ville à l’autre, paysans ployant sous le poids de leur fléau lourdement lesté, bestiaux de toutes sortes, vagabonds ou voleurs, le pont est aussi animé qu’une rue."

   

"Une plaque d’or massif longue de deux paumes et large de quatre pouces. Une gueule de lion au regard tranquille et sévère domine une série de signes verticaux incompréhensibles qui semblent de la famille du persan mais sans en avoir les arabesques.
— Il y est écrit : celui qui porte cette tablette de commandement doit être obéi et traité comme un autre moi-même. Et c’est signé…
Niccolo fait une pause pour ménager son effet.
— Le Grand Khan Khoubilaï, non e vero ? achève Zeccone."

   

"Comme un serpent de mer déroulant ses anneaux sur les vagues de l’océan de sable, la caravane ondule entre les immenses dunes. Enveloppés de la tête aux pieds dans de longs turbans, les hommes luttent sous la chaleur implacable.
Kunze ne quitte plus Marco.
— Seigneur Marco, “ Taklamakan ” signifie “ d’où jamais l’on ne revient ”."

   
L'étreinte d'un couple. On voit bien qu'elle a les pieds bandés.